Après Phuong nha, un petit changement de groupe s’est opéré. Les deux Québécois avec qui je voyagais étaient assez short au niveau visa pour pouvoir faire tout ce qu’ils voulaient faire, ils ont décidés de mettre les motos dans un bus de nuit pour arriver à Hanoi au plus vite. Comme j’avais plus de temps et que surtout je ne voulais pas utiliser le bus (c’est un peu de la triche), j’ai décidé de partir avec un autre groupe que l’on avait déjà rencontré à Saigon, puis à Khe sanh. Enfin, pour ne pas mentir, j’ai décidé au dernier moment de partir avec eux. Je m’explique. Je ne vais pas vous cacher que la pluie et le froid ne m’enchantais pas trop, et comme au Laos voisin la météo était beaucoup plus clémente j’ai tout d’abord souhaité y aller. Mais je n’avais pas non plus l’envie folle de quitter le Vietnam dans lequel je me sentais vraiment bien. Donc, lorsqu’en discutant un peu avec d’autres personnes de mon projet, j’ai appris que sa allait bientôt s’améliorer. J’ai donc au final décidé d’affronter 2 jours de pluie et de froid en plus pour pouvoir profiter encore un peu pus du Vietnam.
Le peu que je puisse dire est que je n’ai pas été déçu.

Au départ de Phong Nha il faisait gris, un peu frais, mais tout allais bien.

image

Mais la route était humide, et comme il n’y a pas de protection pour les pieds contre l’eau rejetée par la roue avant, ils étaient trempés comme si j’était allé avec dans la mer. Le froid était donc démultiplié surtout lorsque l’on passait dans les nuages.

image

Puis à partir de la moitié du parcours, ça n’a été que de la pluie. La cerise sur le gâteau est que une bonne partie des alentours de la route ou la route elle même parfois, était en travaux, on était donc couvert de boue. Vers la fin du trajet, nous avons fait une dernière pause dans un village, et les personnes présente dans la maison devant laquelle nous avons trouvés refuge nous ont gentiment offert du thé pour nous réchauffer, voilà une des raisons pour laquelle j’adore le Vietnam (Spécifiquement en moto). Je n’ai donc pas beaucoup de photo de la route qui était malgré tout très belle et agréable à emprunter (par beau temps).
Route de montagne + pluie = vitesse réduite. Nous sommes donc arrivés de nuit dans la ville dont je ne me rappel plus le nom, mais c’est sans importance puisque l’on a passés qu’une nuit là bas et qu’elle n’a pas trop d’intérêt. Ce n’était qu’une étape.

Le lendemain nous avons pris la direction de Ninh binh. Cette fois il faisait ni bon ni mauvais, mais la route n’avais pas trop d’intérêt, en effet elle passais souvent dans des villages dont la circulation était très dense. Il fallait bien qu’au moins une route soit sans intérêt, mais sans regret, c’est toujours fun de jouer dans le traffic routier Vietnamien.

A Ninh Binh nous sommes allés faire un tour de bateaux pour voir le lieu qui fait la renommée de la ville. Ce sont des rizières installé à même le fleuve. Cependant il n’y avait pas de riz à ce moment là, dommage, mais comme le fleuve circule entre les montagnes, ça été tout de même intéressant.

image

image

image

image

Le jour passé à Ninh Binh était le premier jour de beau temps que j’ai eu depuis Hue, chaque seconde de soleil était un bonheur.
Le beau temps est resté le lendemain, du coup, c’était parfais pour la dernière partie de notre aventure de conduite intensive qui allais nous mené à Hanoi.
Il a fait beau sur toute la route, aucune casse, aucun accident, et la route était encore une fois, splendide, j’ai donc bien fait de rester au Vietnam.

image

image

image

image

image

image

image

L’arrivée à Hanoi à été trop fun, contrairement à Saigon où je ne maîtrisait pas encore parfaitement la moto, mais surtout les conditions de circulation. Là ça été du faufilement à tout va, de l’évitement à deux centimètres, du forçage de passage, des coups de klaxon toute les deux secondes, des reprises troisième pour enfumer tout le monde, enfin de la conduite Vietnamienne quoi (à part pour la vitesse qui était bien au dessus des locaux).

Nous sommes arrivés le dimanche 8 février, et comme ici ils pratiques la religion bouddhiste version chinoise, c’était donc le nouvel an chinois. Du coup,  feu d’artifice au dessus du lac, magnifique.

image

image

Ah oui, je l’ai regardé assis sur un arbre penché sur le lac c’était marrant.
Hanoi était un peu pour moi l’accomplissement de la traversée du Vietnam, j’ai parcouru plus de 1000 kilomètres dans ce pays. J’en ai donc profiter pour rester un peu (5 jours), et surtout ne rien faire. Enfin, je me suis balader un peu le premier jour, puis je me suis occupé de ma moto qui avait un pneu crevé et comme pendant le nouvel an tout est fermé ça été compliqué de trouver un mécanicien. Manger, boire (de l’eau mais pas que), dormir, et rencontrer plein de gens ont été mes activités principale de mon séjours.

image

image

image

Extra :

image

2 thoughts on “De Phong Nha à Hanoi

  1. Bonjour Seb; La découverte de la conduite en moto te donne un esprit de liberté, mais ne pas négliger les règles de sécurités pour autant, la seule carrosserie s’est ton corps!!! par tout les temps soleil brûlant où pluie battante les gants sont toujours important, même une petite chute peu avoir des conséquences importantes au niveau des mains et poignées qui sont très fragiles. Ne dit-on pas; un vieux motard est un bon motard !!!. Merci pour ces très belles photos et les commentaires qui nous donnent envie de te rejoindre dans ces magnifiques paysages et avec une population des plus agréables. Gros bisous de tes créateurs. Bonne poursuite du voyage.

  2. salut seb
    que de beau paysage, de belle photos.je vois que ton périple se passe bien.profite au maximum.bisous
    tata kiki tonton
    denis

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *